Georges Cristiani, Maire de Mimet, élu le 17 mai dernier président de l’Union des Maires des Bouches du Rhône reprend de plus belle la tête de la mobilisation des Maires contre la loi sur la Métropole de Marseille, qui sera en vigueur au 1er janvier 2016.

mercredi 21 mai 2014

111 Maires, dont Michel Ruiz, Maire de Gréasque, sur les 119 que compte le département sont maintenant signataires de la demande de modification de cette loi. Ils sollicitent d’être reçus par le Président de la République et le Premier Ministre.

JPEG - 122.9 ko

Marseille, 19 mai 2104

Communiqué de Presse

La loi sur la métropole de Marseille

toujours en question dans les Bouches-du-Rhône

Au cours des deux dernières années, 109 des 119 Maires des Bouches-du-Rhône se sont fait connaître en proposant un autre chemin qu’une loi exceptionnelle de création d’une Métropole de Marseille.

Quelques semaines après les élections municipales et intercommunales, et malgré le changement de 28 municipalités, la liste des élus des Bouches-du-Rhône demandant une modification de la loi, au-delà des appartenances politiques, s’est encore allongée.

Aujourd’hui 111 maires des Bouches-du-Rhône s’opposent à une telle métropole et demandent audience auprès du Président de la République et du Premier Ministre.

Signe de la poursuite de la mobilisation des Maires : leur nouveau Président élu le 17 mai par une majorité écrasante de 100 voix, n’est autre que Georges Cristiani, Maire sans étiquette de la commune de Mimet, qui a initié et conduit le combat des maires contre la marche forcée instituée par les Gouvernements successifs.

Cette quasi-unanimité en faveur de modifications de cette loi s’est également vue confortée par les soutiens explicites du Maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin et du Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini, les deux poids lourds de l’action politique des Bouches-du-Rhône.

Dans le même temps, Maryse Joissains, maire UMP d’Aix en Provence et Samia Ghali, Sénateur-Maire socialiste du 8ème secteur de Marseille, ont confirmé que cette métropole ne répondait pas, selon elles, aux besoins de Marseille.

Dans ce contexte, les Maires des Bouches-du-Rhône demandent à pouvoir travailler rapidement avec les services de l’État à l’évolution de la loi au sein du Conseil Paritaire Territorial de Projet créé à leur demande par l’ancien gouvernement, à condition pour eux de pouvoir peser sur le processus décisionnel et de respecter les populations qui les ont élus.

Fort de la confiance de ses collègues, Georges Cristiani a confirmé que « cette loi était bourrée de malfaçons, que les maires et les présidents d’intercommunalités voulaient corriger ». Il n’est pas prêt « à se faire promener » et il veut rapidement entrer dans le vif du sujet de la gouvernance, des compétences et de la fiscalité que le Gouvernement a jusqu’à présent refusé de soumettre à discussion.

Cette métropole de Marseille ne fera que démultiplier coûteusement les défauts de l’empire bureaucratique et conduira à des augmentations d’impôts locaux, comme celles qui viennent récemment d’être décidées à la Communauté Urbaine de Marseille.

« C’est mal connaître les maires de penser que nous pourrions mettre nos mouchoirs dans nos poches. Cette loi sur la métropole de Marseille est passée en force, son écriture a été bâclée. Elle restera inapplicable comme d’autres lois Françaises, si elle n’est pas aménagée. » Il revient désormais à l’ensemble des Maires des Bouches-du-Rhône de reprendre la main. 111 d’entre eux ont été élus sur des programmes contre cette métropole. « Les populations nous ont élus pour corriger cette loi d’exception qui a créé la Métropole de Marseille. En votant pour nous, nos électeurs ont refusé l’idée d’un nouvel échelon administratif, d’une superstructure centralisatrice, coûteuse et surdimensionnée. » Les maires promettent de ne pas rester inactifs : « ce monstre administratif territorial ne sera qu’une machine technocratique qui tournera à vide sans la participation active et volontaire des Maires  ».


Navigation

Mots-clés de l'article

Articles de la rubrique

  • Georges Cristiani, Maire de Mimet, élu le 17 mai dernier président de l’Union des Maires des Bouches du Rhône reprend de plus belle la tête de la mobilisation des Maires contre la loi sur la Métropole de Marseille, qui sera en vigueur au 1er janvier 2016.

Agenda

<<

2014

>>

<<

Juillet

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
30123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois